« Tu verras quand tu sera maman » #instants volés

Cette phrase si souvent entendue avant d’avoir Valentin, avant même d’imaginer un jour être maman tout court.

Cette phrase capable de me faire disjoncter sans vraiment pouvoir vous expliquer pourquoi. Je me souviens de la dernière fois que ma meilleure amie Julie me l’a dite. Elle était maman depuis quelques mois à peine et nous préparions l’anniversaire surprise de son amoureux. Pour cela, elle faisait garder pour la toute première fois sa fille (ma filleule) chez ses parents. (Que celles qui se souviennent de la première nuit loin de son si petit bébé lèvent la main 🤚). Elle était stressée, tendue, anxieuse, et ne rêvait que d’une chose : retrouver sa poupée jolie. J’étais bien loin d’imaginer ce qu’elle ressentait vraiment. Je pensais comprendre, et même plus : savoir ce qu’elle vivait mais ce n’était qu’une infime partie.

Lorsqu’on est maman, nous avons cet amour inconditionnel et sans limite, cette flamme qui vous pousse à vous dépasser mais cette flamme devient aussi votre plus grosse faiblesse. Je ne pensais pas avant Valentin qu’il était possible d’aimer autant, qu’il était possible de perdre autant de temps à regarder son enfant dormir, passer de longues minutes à faire le clown pour rendre le sourire à votre bébé (souffrant de ses dents pour la toute première fois), qu’on pouvait se dépasser chaque jour un peu plus pour tout gérer, mais surtout qu’on pouvait aussi préférer une soirée à jouer avec son bebe plutôt qu’une soirée avec les copains.

Quand on dit qu’un enfant ça change la vie, ce n’est pas une blague hein. Je ne parle pas de l’organisation, ni des nuits plus courtes (ça dépend des bébés) ni même de vos caddies qui se transforment, ou encore moins de vos paniers zara où il n’y a plus rien pour vous, mais de votre vie d’avant. Celle où vous étiez libre de vos mouvements, où vous n’aviez de compte à rendre à personne, où vous n’aviez pas besoin d’anticiper le repas/les couches/la place pour la poussette/le coucher/le bruit/l’agitation et j’en passe et des meilleures. Alors oui, certains de vos amis seront toujours là, vous les découvrirez sous un nouveau jour, encore plus présents et compréhensifs qu’avant et puis il y aura les déceptions, les claques nécessaires à ce changement de vie. Et vous deviendrez alors cette maman qui balance le plus sincèrement du monde sans anticiper le moins du monde la réaction en face : « tu verras quand tu seras maman »!

Cette phrase si souvent entendue avant d’avoir Valentin, avant même d’imaginer un jour être maman tout court.

Tout récemment dans une énième conversation à cœur ouvert avec ma Julie (ma plus vieille amie, la plus douce, sincère et véritable sœur de cœur, marraine de mon Valentin, maman de ma filleule, partner in crime depuis toujours) où nous reparlions justement de cette fois où j’ai entendu pour la dernière fois cette punchline, elle a rajouté quelque chose de très juste : « Mais ça ne s’arrête pas là. Quand tu es maman, ensuite tu entends : « tu verras quand tu en auras deux ».

Alors je vous arrête tout de suite, je vous vois venir, je ne veux rien changer de plus à ma vie. Ce Tetris géant entre le travail, Valentin, la maison, les amis, la famille et le mini temps libre rien que pour moi je ne veux/peux plus rien changer. Premièrement tous mes amis présent dans ma vie aujourd’hui je veux les garder, je ne suis pas parfaite, j’ai pleins de jolis défauts mais je fais toujours toujours de mon mieux. Et l’amitié justement à mon sens c’est d’être présent, compréhensif dans les premières années après la naissance d’un enfant. Ces amis qui sont présents ces premières années, croyez moi, seront là pour toujours. S’ils sont là aujourd’hui, qu’ils connaissent tes défauts et t’aiment quand même, garde-les ce sont des amis en Or.

Ps: Je profite de cet article pour remercier du fond du cœur Julie, Charley, Blandine, Charline, Marine, Sophie, Emilie, Vanessa, Charlene, Marjorie, Jeanne et tous les autres présents depuis le début, près à prendre la voiture pour venir chercher Valentin. Ceux qui connaissent TOUS mes défauts mais qui m’aiment quand même. Qui savent que je fais du mieux que je peux et qui sont conscients que j’essaie toujours de me rattraper quand je dérape.

Les amis sont là dans les mauvais comme dans les bons moments, pas l’inverse.

Ps Bis: Pour tous ceux qui nous ont tourné le dos, qui n’ont pas voulu comprendre notre contexte, sa difficulté et les mois si compliqués cette année vous avez eu raison de fuir. Vous ne méritez pas notre amour, notre amitié et notre temps si précieux. Par contre vous pouvez être sûres que lorsque vous serez maman à votre tour et peu importe le contexte vous aurez une pensée pour moi : « Merde ! Elle avait raison. ».

Avec tout mon amour,

Camille

4 commentaires sur « « Tu verras quand tu sera maman » #instants volés »

  1. Lire cela au réveil avant d’aller revieller ma princesse pour l’amèner à l’école 😍
    Comme toujours tout est bien écrit et surtout très juste.
    Merci belle Camille lire cela me fait du bien surtout en ce moment. J’ai l’impression que je ne suis pas folle et qu’on vit un peu tous la même chose!!!!
    😘

    Aimé par 1 personne

    1. Hauts les cœurs belle sophie, la tout de suite tu as l’impression que le ciel est gris et pleins de nuages. Mais tiens bon d’ici quelques semaines le soleil sera de retour dans ta vie, tiens bon, niche ta petite tête dans le cou de Louise, respire et fonce vers le bonheur 😘

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s