Trouver sa place… #instants volés

Pendant la grossesse, j’aimais imaginer ma vie lorsque Valentin arriverait, j’aimais me projeter dans ce que serait notre vie à deux.
Et puis il est arrivé, trois semaines avant la date prévue. Pour mon plus grand bonheur, bien entendu.
Et j’ai commencé à réaliser que tout allait changer.
Evidemment, j’étais déjà consciente de tout ce qui changerait, tout ce que je devrais adapter. Mais j’étais loin du compte, surtout par rapport aux autres.
Notre quotidien est rythmé, minuté, pour survivre. Tout (ou du moins, j’essaie) est anticipé pour gagner le plus de temps possible.
Les seules choses que je ne pouvais pas anticiper, ce sont les réactions, les attitudes, les comportements de ceux qui nous entourent.
Je pourrais vous parler longuement de ces moments qui m’ont blessé depuis qu’il est là et qui m’ont permis d’adapter nos sorties entre amis, nos repas en famille, nos vacances.
Avec l’arrivée de Valentin, j’ai pris conscience de beaucoup de mes défauts. Je suis têtue, obstinée, fière mais surtout je peux être très fermée.
Depuis qu’il est là, je n’ai aucun mal à dire quand les choses ne me conviennent pas, quand je me sens blessée, touchée.
Je suis Maman, la Maman de Valentin et je refuse qu’on me dise comment il doit manger, boire, jouer, sauter, courir, respirer. Je suis là pour ça!
Avoir un enfant, c’est ouvrir la fenêtre à toutes sortes de réflexions.
Vous allez trouver sur votre passage tous ceux qui sont experts en la matière, qui vous donneront des cours d’éducation, ceux qui tenteront d’éduquer à votre place (pour mon plus grand bonheur 😡), les donneurs de leçons et j’en passe… À vous de trouver en tant que parent votre place, mais aussi de trouver la force d’affirmer vos choix, vos opinions. On doit tous trouver sa place dans cette nouvelle vie. Chacun à sa place, chacun son rôle.
Certes, certaines de ces remarques ne sont pas dites avec méchanceté mais sont souvent juste maladroites. En étant maman solo, les gens se permettent souvent des commentaires auxquels je n’aurais pas eu droit si nous évoluions avec Valentin sur un schéma plus classique: papa+maman+bébé. Etre le seul parent référent crée une volonté chez les autres à prendre la place du parent absent. Mais Valentin n’en a pas besoin, je n’en ai pas besoin. J’ai appris à solliciter lorsque j’avais besoin.
À mon sens, il n’y a pas de meilleure manière d’élever son enfant. Pas une meilleure qu’une autre. La plus sensée, la plus efficace ? C’est la vôtre!

Avoir un enfant, c’est assumer ses choix, ses convictions. On ne naît pas parent, on le devient tous les jours, un peu plus.
Valentin m’apprends chaque jour davantage qui je suis et ce que je veux pour Lui.
N’ayez pas peur de taper du point sur la table, vous seul savez ce qui est bon pour votre enfant.

Je n’en veux à personne, je ne suis fâchée contre personne; si j’ai besoin d’aide, je sais maintenant en demander. En attendant la maman, le parent à double casquette, le parent unique, la Mampa, c’est moi!

Camille débordant d’amour pour sa canaille. ♥️

Bref, je suis une maman en retard…

Maman en retard…

Envie de partager avec vous mon marathon du matin…

Ce matin, mon réveil a sonné à 6h…
Je l’ai éteint, comme tous les matins, en me disant « je suis large… »

6h30: Mon mari me dit  » tu te lèves pas…? »  » Et 💩, je suis à la bourre !!! »
6h35: Je prépare rapidement le petit déjeuner et j’ouvre Instagram…
6h45: Je suis toujours sur Insta
7h : Toujours sur Insta ( oui ok j’avoues à ce moment- là, j ai oublié que j’étais en retard)
7h15: 💩, je suis en retard
7h20: Ma machine à laver bipe… il faut que j’étende mon linge!!!! 😫
7h30: J’entre dans ma douche et là, j’entends  » maman ui éveillé  » 😅
7h35: Je sors de ma douche en courant, je récupère mon fils, je lui donne son bib, je l’habille, tout en essayant de m’habiller (on est d’accord, c’est impossible ???!!! Pourtant, tous les matins, j’essaie à nouveau…)
8h30: Arrivée chez nounou et comme tous les matins, je lui dis la même phrase débile  » oulala, on est en retard ce matin »
8h45: Je suis en voiture et il me reste à me maquiller et me coiffer…

9h05: Je suis dernière tous les camions de livraison de la place st Georges… les minutes défilent comme des secondes…


9h15: J’ arrive au travail…

Bref, je suis en retard! 



Charline

Lâcher prise. #instants volés.

Oh oui, crois moi quand tu es maman mieux vaut le comprendre le plus tôt possible. Je l’ai compris et bien à mes dépends.

Ces photos y’a encore quelques mois en arrière n’auraient juste pas pu être prises chez moi. Si si, je te jure.. J’ai fait partie de celles qui veulent/aiment/ne peuvent vivre qu’en contrôlant tout, tout le temps. Et comment te dire… depuis que je suis maman, j’ai fini par apprendre (après 16 mois) que je ne pouvais plus continuer comme ça.
Le lâcher prise est nécessaire, même obligatoire à ta survie. Plus vite tu comprendras que tu ne peux pas avoir un salon rangé sans jeux d’enfants sur lesquels marcher la journée, que les tâches ne sont pas tes ennemis mais un moment d’apprentissage pour ton bébé qui apprend à manger, plus vite tu te sentiras mieux.
À vouloir toujours ma maison propre et rangée au carré, un bac à linge toujours vide, pas de linge à repasser, un frigo plein, des petits pots bio faits maison d’avance, un enfant sage, calme, heureux, épanoui, stimulé, bien habillé, propre sur lui, qui marche, qui parle, qui sourit, qui imite les animaux, déchiffre les hiéroglyphes et fait ses tables de multiplications… J’ai perdu pieds.
J’ai fait une dépression.
Paf, la bombe est lancée.
Mais j’ai appris ces derniers mois que ce n’était pas un gros mot, que c’était juste ce moment dans ta vie où tu es arrivée en bout de course, à bout de souffle. C’est cet électrochoc nécessaire et dont j’ai eu besoin pour me poser, faire le tri et réapprendre à avancer.
Alors me voilà aujourd’hui, recentrée sur l’essentiel (CQFD- mon fils). Plus sereine mais bien entourée. Oui, entourée de mes amis, de ma famille, de ceux qui me tendent la main et me proposent de l’aide pour me soulager occasionnellement ou plus. J’ai toujours eu du mal à demander de l’aide (On ne va pas se lancer dans une thérapie ici on est d’accord) même lorsqu’on me proposait, j’avais beaucoup de mal à accepter. Maintenant c’est fini. J’ai compris que lorsqu’on te propose de venir chercher ton fils deux heures pour souffler et faire disparaître ta migraine, tu dis oui.
Quand tu te sens à fleur de peau, débordée et que tu ne sais plus par quoi commencer, fais moi confiance, souris, dis oui et remercie celui qui te propose son aide. Tu sera bien plus épanouie.
Une maman 2.0 en 2017 c’est celle qui apprend à lâcher prise pour mieux enfiler son costume de WONDERWOMUM.

Petit conseil pour la rechute si besoin : enfouis ta tête dans le cou de ton enfant, respire à pleins poumons et souris.. Haut les cœurs, ça va mieux hein ?
Si ça ne suffit pas, garde une tablette de chocolat dans un tiroir magique.. (demande à mes copines elles te diront toutes où il est caché chez moi) 😜
Bisous doux
Camillou